L'Association frontière hors taxes demande au gouvernement fédéral de sauver les entreprises d'exportation alors que les fermetures de frontières persistent

Ottawa, Ontario--(Newsfile Corp. - 7 juillet 2021) - Les petites boutiques familiales hors taxes canadiennes sont au bord de la catastrophe alors que la fermeture de la frontière Canada-É.-U. franchit le cap des 16 mois. Ces boutiques d'exportation sont fermées depuis plus d'un an et accusent des pertes de ventes de plus de 95%, alors que la fermeture de la frontière, effectuée initialement en vue de protéger le public canadien, continue sans modifications.

L'Association frontière hors taxes (AFHT), qui représente les petites entreprises hors taxes indépendantes situées aux frontières terrestres, a aujourd'hui exhorté le gouvernement à créer une mesure ciblée pour empêcher le secteur de fermer ses portes et de mettre fin à 40 années d'exportation aux États-Unis réussies. « Nos boutiques aux frontières ont été essentielles dans la construction des communautés des frontières terrestres du Canada et constituent une partie intégrale de l'industrie de l'exportation touristique du Canada. Notre industrie ne peut pas rebondir sans certaines mesures d'aide spécifiques, dit Barbara Barrett, directrice générale de l'AFHT. Nous sommes les plus durement touchés parmi les plus durement touchés du Canada, » ajoute Barrett.

Des règlements rigoureux et appropriés imposés au secteur du hors taxes signifient que les boutiques hors taxes n'ont pas pu rediriger leurs modèles d'affaires vers les ventes en ligne ou domestiques au cours de la fermeture de la frontière. Aucune partie de leur inventaire n'a pu être utilisée pour des dons ou des retours. Alors que d'autres entreprises canadiennes sont restées en activité ou ont été permises de s'adapter lors de la pandémie, la fermeture de frontières terrestres a abattu ces boutiques.

L'AFHT demande au gouvernement fédéral d'adopter les trois mesures spécifiques suivantes :

  1. Fonds d'aide

Les boutiques hors taxes des frontières terrestres ont été obligées de s'endetter de façon importante afin de survivre presque un an et demi sans ventes et sans reprise en vue. Tirée du fonds d'aide au tourisme de 500 $ millions, l'Association demande un programme de bourse de 200 000 $ par boutique, ou un programme de 6,6 $ millions attribué selon la taille et le besoin.

  1. Désignation à titre d'exportation

Quoique destinés exclusivement à l'exportation, les produits hors taxes de frontières terrestres sont assujettis aux politiques intérieures, les mettant dans une position compétitive désavantageuse relativement aux détaillants hors taxes américains, entrainant des pertes de revenus importants. Afin que cette industrie canadienne dynamique puisse se rétablir et retrouver sa compétitivité, il est fondamental qu'elle soit désignée « secteur d'exportation » et que ses produits soient traités comme destinés uniquement à l'exportation.

  1. Ouverture de la frontière terrestre en phase avec les taux de vaccination croissants et la baisse de cas de COVID-19 des deux côtés de la frontière.

« Je ne sais pas quelle entreprise peut fermer ses portes pour 16 mois et qu'on s'attende à ce qu'elle survive sans soutien additionnel, dit Barett. Nous avons été heureux de faire notre devoir pour aider les Canadiens à rester en sécurité, mais maintenant le gouvernement doit agir et nous aider à traverser cette grande épreuve. »

Certains programmes de soutien du gouvernement ont été d'une grande aide, telle que la SSUC, mais ce programme sera vite supprimé et l'industrie n'a pas amorcé sa reprise puisque les frontières restent fermées. De plus, les boutiques sont laissées pour compte par d'autres programmes comme l'aide supplémentaire dans le cadre de la SSUCL, vu leur modèle d'affaires unique et règlementé.

« C'est une question d'équité, dit Barrett. Tant que le gouvernement décide de fermer les frontières terrestres, nous ne pourrons pas exercer nos activités et nous demandons de pouvoir survivre et d'avoir un avenir. Nos détaillants et leurs employés n'ont pas fait d'erreurs commerciales ou mal planifié leurs activités, nous avons fermé nos portes afin de protéger les Canadiens et nous ne méritons pas d'être laissés pour compte et de voir mourir un secteur d'exportation qui existe depuis 40 ans. »

-30-

L'AFHT est une association nationale représentant les 33 boutiques hors taxes des frontières terrestres du Canada. Notre mandat est de favoriser le développement et le succès du secteur du hors taxes aux frontières terrestres en étant une voix, un défenseur et une ressource commerciale pour nos membres.

Pour plus de renseignements, veuillez contacter : Sophie Normand, par téléphone au 613.407.4294 ou au info@fdfa.ca

To view the source version of this press release, please visit https://www.newsfilecorp.com/release/89556

info